15 avril 2014

100% en 100 heures pour Sara !

453 édinautes, 100% et 50 000 euros plus tard, en une centaine d'heures et des poussières. 

Et c'est FINI. Le tome 3 de SL que j'imaginais se financer en un an de temps n'aura mis au final que quatre jours. C'est juste ahurissant.

Merci à tous, rendez-vous au tome 4.

14 avril 2014

Sara Lone, record battu !

Ahurissant... On n'a pas de mots ! Pari réussi...

Voilà le communiqué de Sandawe de ce matin qui voit le titre à 81% pour le moment:

"C'est un pas historique dans l'histoire du crowdfunding de bande dessinée qui vient d'être franchi grâce à l'héroïne Sara Lone qui, pendant trois jours, a provoqué une ruée sur le site sandawe.com, allant même jusqu'à faire imploser le serveur durant quelques dizaines de minutes, samedi matin. 

Trois jours au bout desquels le tome 3 de ses aventures a atteint le seuil de publication de 75% du budget de 50 000 €. Son édition est donc garantie! 

Signées par un grand "pro" de la bande dessinée au scénario, Erik Arnoux, et un jeune dessinateur barcelonais surdoué dont c'est la première série, l'exceptionnel David Morancho, ces aventures avaient déjà fait, lors de la parution du tome 1, l'unanimité des libraires, séduits par la qualité de l'écriture et par l'élégance du dessin. 

Le financement du tome 2 avait laissé de nombreux fans sur le carreau : ils étaient arrivés trop tard pour y participer. Le tome 3 va certainement provoquer plus de frustration encore car le financement a été fulgurant: trois jours à peine pour atteindre le seuil de 75% qui garantit la publication de l'album et les contreparties offertes pour les mécènes qui ont permis ce record se font rares, désormais... 

Jamais, jusqu'à ce jour, le financement d'une bande dessinée n'aura été aussi rapide. 

C'est un record exceptionnel dans l'Histoire, encore toute jeune, du crowdfunding de bande dessinée. La qualité de la série explique bien évidemment cet engouement et nous félicitons les deux auteurs pour leur magnifique travail qui nous plonge dans l'Amérique du début des années 60 et dans le complot qui aboutira à l'assassinat du président Kennedy. Mais c'est aussi une démonstration de plus que le concept du crowdfunding, qui permet à des œuvres d'exister en-dehors des circuits traditionnels de l'édition, est entré dans les mœurs et que les lecteurs ont, désormais, pleine confiance en ce système — en tout cas, sur le site www.sandawe.com. 

Nous ne pouvons que remercier Sara Lone, sa sensibilité, sa sensualité, sa beauté, sa forte personnalité, d'avoir permis ce record que nous présenterons au Guinness Book of Records. 

Et ses deux papas, pour leur immense talent. 

Au moment où nous écrivons ces lignes, si vous n'avez pas eu la possibilité d'intégrer le projet rapidement, les possibilités se limitent d'heure en heure. Il reste quelques exemplaires de l'édition spéciale avec cachet "premier jour d'édition", dossier spécial et ex-libris numéroté et signé. Quelques possibilités d'obtenir l'ART BOOK de David Morancho qui deviendra très vite un collector car il ne sera tiré qu'à 200 exemplaires. Cinq personnes pourront également obtenir une aquarelle de David Morancho réalisée spécialement pour elles. 

Quels que soient vos moyens, surtout ne tardez plus !"

12 avril 2014

Happy Sara !

Dessin © David Morancho

Moins de 48 heures plus tard...

On en a doublé neuf, dont certains présents sur le site depuis des mois...

En deux jours, SL3 est désormais à 52% du budget requis et huitième projet sur 17. C'est assez surprenant d'autant qu'on s'était donné une dizaine de mois pour y parvenir...

Mais on ne va pas se plaindre.

SL3: 43%

En dépit d'une panne informatique qui a coupé l'élan donné hier qui a vu déferler les investisseurs, notre titre a atteint plus de 43% désormais en moins de 48h, la plus rapide montée de toute la jeune histoire de Sandawe. Avec presque 22 000 euros réunis sur un budget total de 50 000...


On est bien partis, même si pour le moment, la folie d'hier est retombée...

On croise les doigts pour être à 50% à la fin du weekend ?

11 avril 2014

Sara Lone 3 déjà à... 38% !

Exceptionnel.

Le financement du tome 3 de Sara Lone entamé hier à 18h50 sur Sandawe est déjà à 38% du budget requis, avec plus de 19 000 euros engrangés et 145 personnes déjà présentes sur le titre.

10 avril 2014

Le tome 3 est en ligne !

Les amis, depuis ce soir 18h50, Sara Lone 3 est en ligne sur Sandawe.

Huit minutes plus tard on avait déjà engrangé 4% du budget et plus de 2000 euros.

Et à l'heure où je rédige ces lignes on est autour de 7% et de 4000 euros.

Alors, copains, famille, amis, si VOUS voulez faire partie de l'aventure et monter dans le bateau, c'est ICI que ça se passe. Car à partir de 10 euros de mise, vous en êtes...

06 avril 2014

David est sur le 2...

... Dont voici la première double page (2-3) mise en couleur par ses soins.

05 avril 2014

Pas de prix à Versailles...

"Melvile", Romain Renard (Lombard)
"Les carnets de Cerise", Aurélie Neyret (Soleil)
"Terra Australis", Philippe Nicloux (Glénat)
"Blue note", M. Bourgouin (Dargaud)
"Ma révérence", Rodguen (Delcourt) "Benigno,
"Mémoires d’un guérillero du Che", S. Géliot (Boîte à bulle)
"Kililana Song", B. Flao (Futuropolis)
"Le silence de Lounes", Baru (Casterman)

 et... "Sara Lone", D. Morancho (Sandawe) étaient les albums sélectionnés pour le prix 9ème Art de la Ville de Versailles décerné hier soir.

Perdu, les prix du scénario et du dessin vont à deux auteurs que je ne connais pas, un de chez Glénat et l'autre du Lombard. Ce sera pour une autre fois.  

"Remise des prix Espoir du 9ème Art 

Romain Renard, auteur de Malvile aux éditions du Lombard a reçu, le 5 avril, le prix Espoir du 9ème art de Versailles du meilleur scénariste. 

Philippe Nicloux, auteur de Terra Australis aux éditions Glénat a reçu le prix Espoir du 9ème art de Versailles du meilleur dessinateur. 

Le prix était remis par le maire de Versailles, François de Mazières et par le président du jury, le dessinateur Kas. Le jury avait également comme membres le dessinateur Philippe Francq, le dessinateur et scénariste Patrice Pellerin, le dessinateur Marc Védrines, le scénariste Rémy Le Gall et les journalistes Christophe Levent du Parisien, aujourd’hui en France et François Vignolle d’M6. Chaque auteur a reçu une dotation de 2000 euros du partenaire du prix Gibert Joseph Versailles. 

Ce prix organisé, pour la 3ème année consécutive, pour soutenir les nouveaux talents du 9ème art était présenté dans le cadre de L’Expo BD 2014 qui met en scène les 20 ans de la collection Signé des éditions du Lombard à l’hôtel de Ville de Versailles."

01 avril 2014

En numérique et GRATUIT !

Vous avez un iPad, un ordi, une liseuse ?

Allez-y vite ! Sur iTunes, C'est GRATUIT ! Pendant un temps limité.

Durant une semaine, je crois, Glénat offre en numérique les tomes 1 de Sophaletta et de Timon des blés, mes deux premières séries chez l'éditeur grenoblois que je ne vais d'ailleurs pas tarder à rejoindre, pour un nouvel album, dont il est prématuré de causer.

Vous pouvez télécharger ces deux titres, "Des larmes de sang" et "le rêve d'Amérique" gratuitement.

C'est une opération qui permet évidemment de découvrir les albums pour ceux qui ne les connaissaient pas.

Et ils sont un certain nombre, même si le premier Timon a dépassé les 30 000 ventes.

Ce sont des liens Apple, mais on les trouve aussi par ailleurs chez Amazon, Kobo, Numilog, Izneo

31 mars 2014

Bagnols-sur-Cèze - mars 2014

Un festival de plus à mon actif, cette fois dans le Gard.

C'était un salon du livre et de la BD, ce qui permet toujours de toucher un public plus élargi qui peut découvrir la BD. J'aime bien...

Bagnols-sur-Cèze: 29 et 30 mars 2014
 1 - voyage      4,5 (sur 5)

Voyage en train, au départ de Chessy très tôt le samedi matin et arrivée à 10 h à Avignon.

Là, carrément un chauffeur avec une petite pancarte qui m'amène à son taxi pour faire les 40 bornes séparant la gare du lieu du festival. Sur la route, on cause Kennedy et Dallas 1963, ce qui nous permet de ne pas faire attention au temps de trajet

Le retour - et là les organisateurs n'y peuvent rien - se fait le lundi matin, départ d'Avignon avec une grosse demi heure de retard sur l'horaire. J'ai passé la nuit chez mon ami JCK qui m'amène à la gare.

Ce retard complique le voyage pour les gens qui ont des correspondances à l'arrivée, mais pas pour moi. Juste trois heures et demie de trajet au lieu de trois... Pas bien grave. C'est plus long pour l'ami Philippe Berthet (Pin-up) et Dominique David (Lipstick) sa femme qui rentrent sur Bruxelles et mettront du coup... six heures de TGV au lieu de cinq...

 2 - accueil     5 (sur 5)

Efficace, aimable et attentif. Sitôt arrivé dans le lieu du festival, je suis pris en charge, badgé et conduit à ma table où je retrouve l'ami Kraehn, et David Morancho, arrivé d'Espagne la veille au soir et du coup déjà en train de signer des livres... La gentillesse des organisateurs est sans faille, Jérôme le libraire est un gars sympa qui gère au mieux les ouvrages des auteurs, Bref, très bien.

Navettes efficaces pour se déplacer entre les lieux de restauration et l'hôtel, avec quelques vieilles voitures de collection. Et des autos plus classiques prêtées par le Peugeot local.

3 - hôtel      3,5 (sur 5)

Petit hôtel** (à Saint-Nazaire) sobre et sans charme particulier. je n'aime pas trop les lits jumeaux, il n'y a pas C+, mais c'est très fonctionnel et de toute façon je n'y passe que peu de temps, juste une nuit. Passage à l'heure d'été oblige, on avance d'une heure, en plus...


PS: Wifi gratuit. Mais qui ne marche pas très bien...

4 - repas      4,5 (sur 5)

Ici, région viticole, le vin a son importance. On en recausera le soir, avec une interminable remise de médailles façon "Chevaliers du Tastevin" qui n'en finit pas alors qu'on a tous très faim, on attend 22 heures pour commencer alors qu'on a une journée de signatures dans les pattes. C'est bon enfant, mais un peu longuet.

Le midi, on déjeune très bien dans une sorte de tennis-club, "le Break" à quelques kilomètres du lieu de dédicaces. Il y a le sempiternel "chèvre chaud salade" en entrée, je déteste ça mais ils remplacent gentiment par du saumon fumé, ce qui me va très bien. Viande excellente, tarte au citron épatante, rien à dire...

Le soir, si on excepte la longue cérémonie citée plus haut, c'est très bon aussi. et l'endroit plaisant en centre ville...

Un peu moins bien (pour moi) le dimanche midi, même endroit que la veille, mais je tombe sur la seule viande que je n'aime pas, de l'agneau et du coup je me contente de l'entrée et du dessert... Je prends à nouveau une tarte citron !

5 - lieu      4,5 (sur 5)

L'endroit choisi par l'organisation est un gymnase plein comme un œuf, avec de nombreux stands, y compris un où je retrouve les livres de mon frère qui écrit des choses historiques très compliquées et très spécialisées dans une collection assez confidentielle mais réputée. Il y a des "vedettes"dans la partie livres, Michel Drucker (c'est la littérature d'aujourd'hui), forcément très entouré par un staff omniprésent et Jeane Manson, chanteuse sur le retour qui écrit des bouquins désormais...

Les tables habituelles sur des tréteaux, des piles de bouquns et des files d'attente. Le thème (voir l'affiche) c'est "USA années 40" et au dehors on a des GI's, des Jeeps et des Pin-up's.

C'est bien sympa.

6 - rencontres      5 (sur 5)

Côté "potes du métier", des gens de ma génération. Bourgne, Berthet, Kraehn, TaDuc, Rousseau, Lacaf... Et j'en oublie. Mais aussi des jeunes bougrement talentueux, comme Thomas et Benjamin, les deux Auteurs allemands de "Gung Ho", chez Paquet. Les auteurs de la version BD de la Belle et la Bête...

... Et Ood Serrière, entre autres. Tout ce petit monde se cause pas mal et l'ambiance est excellente, on partage des trucs en commun et une passion pour l'image et la BD qui ne se dément pas, quelle que soit la génération.

Mon ami JCK venu avec sa coloriste (et néanmoins épouse) ne signe que des livres achetés depuis longtemps et quasiment aucun nouveau titre. Il se console avec le "prix de la gentillesse"... Ou de l'amitié, je ne sais plus. Bref, un truc approchant. C'est dédié je crois à un des membres de l’association qui nous reçoit, trop tôt disparu. Un petit discours, le dimanche après-midi...

7 - livres signés      4,5 (sur 5)

Comme souvent, je vais signer sur pas mal de mes livres vendus depuis des lustres, ce qui n'empêche pas l'ami Morancho qui est à côté de moi et qui pour le moment n'a qu'un livre de signer notre nouveauté.

Le libraire ayant vendu plus de 40 "Sara Lone"(même si on en a dédicacés bien plus, puisque pas mal de lecteurs sont venus avec) on peut dire qu'on en a vu passer une grosse soixantaine sur les deux jours de temps...

J’explique le principe aux gens qui prennent le 1 pour les sensibiliser sur le financement du 3 qu'on va bientôt lancer sur Sandawe, tout en bossant sur le 2.
Et on croise plusieurs édinautes, dont Ronan, un habitué du site...

En conclusion, mes notes...
Accueil hébergement:      4,5* (sur 5)
Note globale:      8,2 (sur 10)


Et donc: J'y reviendrai pour la gentillesse de l'accueil, quelques points techniques à améliorer pour éviter de ne signer que des vieux albums et pas la nouveauté, limiter les dédicaces en donnant des tickets avec les achats permettant deux signatures, il y a une réflexion de l'organisation à mener sans doute sur ce point.

Berthet et d'autres étaient assez mécontents de n'avoir pas pu faire vendre des livres au pauvre libraire qui en avait commandé des piles (et va les faire partir en retour), sans penser que les gens viendraient avec les leurs...

Un chouette moment et un festival à recommander.

27 mars 2014

Signature dans le Gard...

Ce sera ce weekend le13ème Festival du Livre et de la Bande Dessinée du Gard-Rhodanien à Bagnols-sur-Cèze, un salon avec pas mal d'invités, écrivains ou célébrités (Michel Drucker, Jeane Manson entre autres) où je retrouverai l'ami David Morancho, venu de Barcelone pour la seconde fois.

Il y aura aussi mes amis TaDuc, Kraehn,Lacaf, Bourgne... On devrait passer un bon moment au soleil. Discuter projets etc...

J'y serai samedi 29 et dimanche 30. Et vous ?

Les infos ici.

24 mars 2014

"Sara Lone" primé à Versailles ?

La ville de Versailles signale que David Morancho fait partie de la "short-list" finale pour le prix "espoir du 9ème Art" 2014 qui devrait être décerné le 5 avril prochain. Un jury d'Auteurs se réunira bientôt pour désigner le lauréat.

Ce prix sera remis lors d'un week-end où un grand talent de la BD sera mis à l'honneur par une exposition.

Visiblement, Versailles - ville que je connais très bien pour y avoir passé une partie de ma vie - est en pointe sur la BD qu'elle entend régulièrement mettre à l'honneur.

Pour l'heure il ne s'agit que d'une sélection qui ne préfigure pas qu'on obtienne le prix au final, mais ce serait un bon coup de pouce pour la série, pour l'éditeur, pour David... et pour moi !

PS: je n'ai pas l’autorisation de donner les titres des neuf albums qui sont dans la liste, mais ils sont œcuméniques: il y a un titre du Lombard, de Dargaud, de Glénat, de Delcourt, de Soleil, de Futuropolis, de Casterman, de la Boite à Bulles... et donc de Sandawe ! Je crois que ce serait important de le décrocher même si je n'y crois guère.

17 mars 2014

J'ai enfin croisé David...

Un bon moment ce samedi, à Mulhouse.

David Bres est un jeune libraire qui a l'âge de mon fils ainé (bientôt 30 ans, donc) et tient de main de maître sa librairie Tribulles depuis près de 8 ans déjà.

L'endroit qui fait partie des librairies CanalBD est connu dans l'est de la France et il n'est pas rare de voir des lecteurs venir de plusieurs dizaines de km à la ronde pour assister aux dédicaces...

Il avait invité David Morancho avec qui j'ai réalisé Sara Lone chez Sandawe et c'est grâce à lui (et aux prix d'Easy Jet qui a une ligne Barcelone-Mulhouse) que nous nous sommes enfin vus - pour la première fois - en vrai mon dessinateur espagnol et moi ! Car si la magie du net fait qu'on collabore ensemble depuis plusieurs années, et qu'on communique par Skype, lui habitant Barcelone et moi Paris, c'était un peu compliqué de se croiser pour de bon en chair et en os.

Maintenant que l'album est sorti, ce sera rare, mais plus simple de se faire inviter... ensemble ! D'ailleurs on se retrouve dans moins de deux semaines dans le Gard pour le festival de Bagnols-sur-Cèze qui aura lieu fin mars...

Côté bilan: J'ai fait 1100 km ce week-end, partant tôt le samedi matin, arrivant vers midi pour déjeuner (excellemment) avec David et Julien, qui est aussi dessinateur et travaille à la librairie pour assurer ses fins de mois. La BD est un dur métier...

Ensuite entre 15h et 18h30, on a signé pas mal de livres, David faisant de chouettes aquarelles et passant bien du temps pour faire plaisir. Moi signant juste SL mais dessinant sur mes titres où je suis auteur aussi... Au total, près d'une trentaine de "Sara Lone", dix "Poker Face" 1 et 2 (sur lesquels je n'aurais jamais de droits) et un (1) "Arc de Triomphe", la commande passée pourtant quinze jours plus tôt chez le diffuseur Hachette n'étant pas arrivée au grand désespoir de David Bres, qui n'y pouvait rien... On en aurait bien fait partir une petite dizaine sans soucis, les gens semblant intéressés.

On a croisé deux de nos édinautes, Camille et aussi Alexandre, (qui ne se connaissaient pas) des gens passionnés par Sandawe et qui misent l'une et l'autre chacun pas mal sur les titres de la maison, en crowdfunding.

Voilà qui nous a permis de faire parler de Sandawe aux gens présents qui ne connaissaient pas. Il faut aussi dire que pour le moment, les titres ont du mal à émerger et que nous sommes avec "Sara Lone" en tête des ventes, devenant LE best seller de la maison pour le moment.

C'est probablement pas mal d'être l'auteur qui vend le plus dans une maison qui démarre, puisque du coup... on démarre ensemble ! On verra bien.

Le fait du jour, outre l'accueil très réussi gîte et couvert de l'ami Bres qui décidément sait recevoir ses hôtes, c'est notre rencontre à David et moi.

Comme prévu, le garçon qui aime bien les chemises à carreaux est gentil comme tout, la barrière de la langue certes présente n'a pas empêché de bien communiquer et c'est l'essentiel, vous en conviendrez. J'ai pu voir aussi la première page de son futur album pour Delcourt et c'est vraiment du bon travail... Qui doit beaucoup à notre collaboration, montrant qu'il a progressé encore !

On se revoit le 29 mars !

05 mars 2014

J'en suis . Pour l'instant !

Hé, ça commence à faire, hein !

Et j'espère bien que ce n'est pas terminé. Alors avec un peu de chance on devrait pouvoir ajouter quelques rayons dans les années qui arrivent.

26 février 2014

Sara Lone le 15 mars à Mulhouse...

Tribulles à Mulhouse, c'est le samedi 15 mars prochain...

Je n'ai pas signé chez David Brès depuis cinq ans pile, c'était alors pour Ava Dream, les deux tomes parus au Lombard dont je me suis fait squizzer la suite par le gentil directeur de collection qui m'avait engagé et sans crier gare m'a viré après un an et demi au sein de la maison pour mettre Queireix le dessinateur que j'avais amené sur un autre projet, au bout de deux albums seulement...

David est un jeune libraire passionné qui reçoit très bien ses auteurs et va permettre aux co-auteurs de Sara Lone que nous sommes, David Morancho et moi, de se voir "en vrai" pour la première fois, après 9 ans de contacts par mail, le premier date de 2005, le projet tenté en 2009 et notre collaboration effective depuis 2011 et l'aventure Sandawe en crowdfunding...


Ce sera à Mulhouse donc, le 15 mars de 15h à 19h et plus, tant qu'il y aura du monde...

Tribulles
12-14 Passage du Théâtre
68000 - Mulhouse
03 89 56 33 22

Salon dans le Gard, fin mars !

Prochain festival à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard d'ici un mois fin mars.

Ce sera l'occasion de retrouver pas mal de copains au rendez-vous.

Jean-Charles Kraehn, Olivier Taduc, David Morancho entre autres seront de la fête. Autant dire qu'on va passer un bon moment entre amis, que d'ailleurs je poursuivrai deux mois plus tard au Salon de Nîmes, où je ne suis pas allé depuis un moment et où je retrouverai d'autres camarades.

C'est le côté sympa du métier !

Le site du festival.

25 février 2014

Sara dans le TOP 100 BDGest !

Chaque année, les lecteurs de BDGest votent pour les 100 meilleurs albums. la liste de 2013 met Sara Lone en bonne position...

Quand on sait qu'il y a eu plus de 5000 nouveautés en 2013, ça fait plaisir de faire partie du lot évidemment. Tout en relativisant, (c'est un vote par internet) quand on voit les titres devant et surtout ceux qui sont derrière, David et moi sommes ravis de faire une percée avec ce titre de Sandawe qui est 68ème sur 100...

Sara Lone 2, c'est en cours...

David a déjà dessiné quelques pages et on devrait finir au cours du second semestre pour une parution autour de la fin de l'année...

... Un extrait pour patienter ?

01 février 2014

Demandez le programme...

L'ami David Morancho est à Angoulême pour signer notre titre, lui qui rêvait d'intégrer le marché francophone, le voilà d'entrée servi. J'espère qu'il se sera amusé, pour cette première édition, il est venu en car depuis Barcelone et sur ses deniers...

On va en faire d'autres, mais là on sera invités !

Pour l'instant, les plannings de dédicaces sont à jour - Annulation du Salon de Limoges en avril, où je n’irai pas, finalement.

Janvier/Février: (David seul)

- 31 janvier-1 février : Angoulême - France
Vendredi 31/1 de 15h à 18h - Samedi 1/2 de 14h à 16h - Stand Sandawe, bulle “Le Nouveau monde” (N2), place New York, juste à côté de l’Hôtel de Ville.

Février: (tournée belge de David seul) 

- 21 février : Skull Bruxelles - Belgique
- 22 février : BD World Mons - Belgique
- 23 février : Bédébox Waterloo - Belgique

Mars: (David et Erik) 

- 15 mars: Tribulles Mulhouse - France
- 29-30 mars: Festival BD Bagnols-sur-Ceze - France

Mai: (Erik seul) 

- 24-25 mai: Salon International de la BD Nîmes - France

Juin: (Erik seul) 

- 14-15 juin: Festival BD La Seyne-sur-mer - France

Octobre: (Erik seul) 

- 3-4-5 octobre: Salon BD Bayonne - France

19 janvier 2014

Angoulême ? euh, non...

L'ordre règne au pays des petits Miquets ? Voire...

Fin janvier et à nouveau Angoulême. Comme chaque année depuis que je fais de la BD, (j'ai publié mes premières pages en 77, je suis allé pour la première fois à Angoulême en 1982, avec l'ami Brice, pour voir...) l'inévitable cortège de questions des copains et des proches.

"T'y vas ou t'y vas pas ?" 

J'y vais pas.

"Ah bon ?"

Regards navrés remplis de commisération quand je réponds par la négative, d'amis et de membres de la famille qui grimacent, me pensant tricard à vie ou carrément en dehors du métier pour ne pas être invité à ce qu'ils considèrent tous comme LE "festival de Cannes de la Bande dessinée".

Ils n'ont pas tort. C'est vrai qu'il faudrait y être. À condition d'avoir quelque chose à y défendre et de savoir pourquoi on y va. Et de s'asseoir sur quelques principes. J'étais invité par Jungle en 2012 et j'avais décliné. Faut dire qu'ils venaient de me dire que la série entamée stoppait, mais sans vergogne, trouvaient normal que j'accepte d'aller signer un titre mort-né durant quatre jours, pour eux...

Il y a certes d'autres formidables festivals dans ce pays, mais aucun avec cette renommée et le battage médiatique qui en fait partie, une fois dans l'année. Ne pas y être est dommageable quand on a un bouquin qui vient de sortir parce que la presse y est en nombre et que ça peut être l'occasion de se montrer, d'avoir quelques articles, pour peu qu'on soit assez introduit "au bon moment au bon endroit", si je puis dire. Avec des attachées de presse qui font le job, ça peut être une occasion de pousser le titre le plus récent, qui en a bien besoin...

Bon, l'an passé en janvier 2013, on me réinvite. On me propose d'y aller en coup de vent le samedi pour parler de crowdfunding. Payé, correctement. J'ai décliné la généreuse proposition, c'était un peu compliqué de descendre comme ça et le voyage bien long pour une seule heure d'intervention le samedi midi, avant de rentrer at home sans aller faire coucou à quelques copains.

Et puis je ne peux pas me répandre sur un festival sclérosé comme celui-là ici sur mon blog et y aller ensuite la fleur au fusil comme si de rien n'était.

Oui, je suis toujours aussi ulcéré de voir les tarifs prohibitifs que doivent payer les visiteurs pour avoir le droit d'entrer dans les bulles acheter des livres... Les subventions et cette manne financière qui file dans la poche de gens vivants sur le dos de la BD sans que les auteurs qui sont la source même de ces revenus et la raison d'être du festival ne soient eux aussi rétribués d'une façon ou d'une autre. Pour qui viennent les visiteurs ?

Sans eux, le spectacle n’existerait pas...

Mais personne ne le dit jamais vraiment, on est des gens indépendants, chacun dans son coin défend son pré carré et l'union ne fait pas la force dans ce métier en l'occurrence... Le système est bien rôdé, tout le monde y va à reculons en râlant et en récriminant. Mais ils y vont.

Je sais. On m'objectera que les auteurs ont les retombées des ventes, de la publicité que leur fait le Festival, qu'ils sont de toute façon bénéficiaires. C'est une vraie rigolade. Outre les rumeurs persistantes sur le fait que les albums vendus sur place par les éditeurs ne seraient pas comptabilisés en droits d'auteurs (vrai ou faux, la rumeur a bon dos), il faut avoir conscience que l'ensemble des auteurs - à part quelques Grands - sont désormais tous payés en avance sur droits sur leurs albums et qu'au vu de la chute des ventes, très peu peuvent "rembourser " cette avance pour se remettre à niveau.

Et toucher des droits, donc.

Ce qui revient à dédicacer gracieusement durant trois jours sans toucher un centime.

Oh, on fait des ventes, les albums partent. Une année quand Glénat faisait le relevé des albums partis sur la durée du festival, j'en avais signé 340 ! Mais faudrait en faire des milliers pour que ce soit à terme rentable... Invités, certes, mais du coup sans pouvoir travailler sur l'en-cours, la fatigue, sans défraiement, d'ailleurs la plupart des éditeurs présentent la venue sur le Salon comme un privilège fait à leurs auteurs... Tu penses...

Cette année j'aurais évidemment eu à cœur de mettre en avant Sara Lone et de cultiver les excellentes critiques parues depuis deux mois et demi sur ce titre, issu de Sandawe grâce aux "édinautes", petite maison d'édition belge qui n'aura même pas de stand et sera contrainte de partager une demi-table dans un coin reculé des bulles angoumoisines... Pas envie de camper, j'ai passé l'âge.

Et puis, ça n'empêchera pas les lecteurs de me retrouver ailleurs dans plein d'autres endroits où on aura le temps de se causer, sans cette cohue commerciale qui de toute façon, vu le battage, fera le plein...

08 décembre 2013

Interview d'Erik (septembre 2013)


Erik Arnoux en interview pour planetebd.com par Planetebd

Une longue interview réalisée en septembre dernier par l'excellent Benoit Cassel dans les hauteurs de la boutique de l'Arc de Triomphe, le matin du lancement officiel...

Un montage, mais pas de coupe, juste les questions posées oralement par Benoit ont été retirées pour qu'en dessous la question apparaisse par écrit.

23 novembre 2013

Sara dans "le Monde"...

Cathia Engelbach parle sur son blog "à chacun sa lettre" de Sara avec une acuité qui me laisse sur le c... tant elle voit dans les planches des choses que nous y avons mises certes, mais indécelables pour 99% du public qui aura "l'impression des choses", un ressenti qui ne veut pas dire son nom, l'image mais pas les sous-titres.

Un vrai bonheur et des sourires quand elle décortique un détail auquel je n'avais pas pensé, mais qui est, à la lire, d'une évidence totale.

 Cette fille lit au delà des cases, je l'ai dit une fois lors de sa précédente critique sur l'album Glénat "Arc de Triomphe"... L'espace blanc entre les cases, cette fine ligne qui sépare les images et fait la transition avec la suivante, permet au lecteur de voir se dérouler le film. On fait travailler l'imaginaire. Nous choisissons les cases, les plans précis, 7 à 8 par page, mais ces espaces en contiennent tant d'autres...

... C'est dans le blog du Monde.

Interview Samba BD !

Merci à Marc d'avoir pris le temps de m'écouter causer. Une fois lancé, on a du mal à m'arrêter, c'est vrai. Il en est de même pour tous les sujets passions.

On trouve la première partie ici, la seconde , et la critique de l'album ici....

16 novembre 2013

Avez-vous le vôtre ?

Voilà deux semaines que nous sommes en librairie avec Sara Lone, les échos sont bons, les critiques de l'album parues sur le net et dans la presse sont toutes excellentes, reste la conjoncture, difficile. Le marché de la BD est en crise, mais les éditeurs continuent de surcharger les linéaires... C'est le seul (gros) point noir.

Trop d'albums ne sont pas vus en raison de l'avalanche de nouveautés qui sortent.

Là on ne peut plus faire grand chose, à part espérer que la distribution suive.

J'en ai signé 43 la semaine passée, à Nîmes... Si tous les libraires étaient aussi dynamiques que mon amie Sylvie Moretto, on tiendrait là un best seller.